Plan du site
Qui sommes-nous?
Notre engagement
Nos activités
Notre façon de vivre
Marie-J. Gérin-Lajoie
Notre histoire
Pour nous rejoindre

En mai 1922
La réponse de Rome

La réponse de Rome arrive sous la forme d'une question : comment vont-elles faire pour « s’adonner à toutes les oeuvres sociales ».

La réponse de Marie-J. est la suivante : « Nous voulons surtout aider à faire et non faire nous-mêmes. »

« Nous voulons surtout
aider à faire
et non faire nous- mêmes.»

Marie-J.
Gérin Lajoie

En novembre 1922,
Mgr Gauthier reçoit enfin la permission de Rome.

Présentement, dans la maison de la rue Chambord, il est de toute évidence que les jeunes femmes sont à apprendre le chemin du « comment faire elles-mêmes ». Mais cette démarche qu'elles maîtriseront si parfaitement, elles pourront la transmettre en formant d'autres personnes, en les aidant à faire.        

C'est ainsi que souvent elles remettront les oeuvres qu'elles auront cofondées entre les mains des cofondatrices laïques prêtes à poursuivre le travail si bien commencé, pendant qu'elles iront ailleurs en fonder ou cofonder d'autres.

La Congrégation devra
« instruire, former et diriger » les femmes impliquées dans les oeuvres sociales.

Et viendra le jour où, comme à Valleyfield, au Carrefour du Partage, des parents d'enfants de 0 à 5 ans se réuniront pour s'entraider à être de bons parents. La responsable du Carrefour est Hélène Griffiths, SBC.

La manière Bon-Conseil :

« S'impliquer, mais ne jamais s'imposer. »

 

Retour à la page d'accueil du site Sauter au début de cette section Page précédente Page suivante Sauter à la fin de cette section

© Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal, 26 avril 2003
(revisé le 15 mai 2004 14h27)