Plan du site
Qui sommes-nous?
Notre engagement
Nos activités
Notre façon de vivre
Marie-J. Gérin-Lajoie
Notre histoire
Pour nous rejoindre

1920, deuxième essai de vie commune et attente de la réponse de Rome

Deux changements importants :
Monseigneur George Gauthier remplace maintenant Monseigneur Bruchési qui avait reçu le projet initial de Marie-J. Gérin-Lajoie.

Après l'avoir entendue, l'évêque accueille avec joie le projet de Marie-J. : « Je rêve depuis longtemps, dit-il, d’une communauté comme celle que vous proposez! »

Le Père Loiseau, directeur spirituel de
Marie-J. depuis son adolescence, est décédé.

C'est maintenant le Père Bellavance qui
sera son conseiller. La rumeur veut que ce dernier soit antiféministe. Mais ils ont tôt
fait de bien s'entendre.

À trois, Jeanne Baril, Gertrude Lussier et Marie-J. Gérin-Lajoie parcourent les quartiers ouvriers pour trouver un logement où vivre l'expérience de la vie communautaire et découvrir une paroisse où oeuvrer.

2e étage
Le 384c,
rue
Chambord,
Berceau
de la
fondation
de l'Institut
Notre-Dame
du
Bon-Conseil
de Montréal

Aujourd'hui
le logement
porte le
numéro
civique
4818, rue
Chambord.

Le Père Bellavance l'oriente vers Joseph-Vincent Piette, curé de la paroisse Saint-Stanislas Kostka.

Le curé les acueille à bras ouverts et les invite à s'installer dans la paroisse.

« Nous voulons surtout
aider à faire
et non faire nous- mêmes.»

Marie-J.
Gérin Lajoie

Marie-J. et Jeanne travaillent à temps partiel. Gertrude fait l'entretien du logis.

Elles font aussi de la reliure, de l'aiguille, de la copie de textes pour le gouvernement et donnent des cours de rattrapage.

Marie-Loyola Normandin,
fille des propriétaires, leur donne souvent un coup de main.

Leurs activités bénévoles sont :
conférences,
causeries,
animation de
cercles d’étude.

 

Retour à la page d'accueil du site Sauter au début de cette section Page précédente Page suivante Sauter à la fin de cette section

© Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal, 26 avril 2003
(revisé le 15 mai 2004 14h27)