Le 12 avril 2016,
M. Martin Coiteux
Ministre de la Sécurité publique
Ministre responsable de la région de Montréal
10, rue Saint-Antoine Est, bureau 11.87
Montréal (Québec) H2Y 1A2

Monsieur le Ministre,

Notre groupe est préoccupé par les questions de justice sociale et en particulier des situations qui oppriment des femmes.

Nous désirons vous interpeler sur la situation des prisonnières qui ont été déménagées de la prison Tanguay à Montréal vers l’Établissement de détention Leclerc à Laval sans une préparation adéquate et sans tenir compte de leurs droits fondamentaux.

Des journaux ont dénoncé leurs conditions de vie inacceptables: insalubrité, hygiène déficiente, proximité avec des prisonniers masculins, manque de vêtements, services réduits et inadéquats.

Cette déplorable situation illustre bien la campagne d’austérité menée par votre gouvernement, par des décisions qui atteignent les plus vulnérables de notre société. Diminuer les services, vous le savez, risque de nuire à la santé et à la réhabilitation des personnes incarcérées. Il serait préférable de tenir compte des besoins spécifiques de la clientèle féminine pour mieux adapter les méthodes d’intervention. Il nous apparait urgent de promouvoir un environnement protecteur où les personnes détenues sont traitées avec humanité et où leurs droits et leur dignité sont respectés. Il faut assurer un encadrement et des conditions favorables à leur réinsertion sociale.

Nous vous demandons de nous faire connaître sans délai les efforts de votre gouvernement afin que des conditions plus humaines soient rétablies dans un avenir très proche pour le mieux-être des femmes incarcérées.

Respectueusement,

Lorette Langlais SBC

cc:  M. J.François Longtin, ss-ministre associé
Mme Carole Poirier députée P.Q.

blé

Le Devoir a repris les propos de la lettre de Lorette Langlais:
Voir l’article de Jean-François Nadeau:
http://www.ledevoir.com/societe/justice/469341/les-conditions-de-vie-des-detenues-denoncees

 

Share This